REGIONAL

Projet Opération Acacia (POA)

MM_NGARA

Programme de NGARA - Ouganda

ACACIAGOMME

NATIONALE

Projet d'Alimentation pour les Actifs (Kenya)
Renforcement des capacités de ENNDA (Kenya)

AUTRES INFO SUR LES PRODUITS 

Réseau d'information
Base de données Publications
Réaction 

Pays

BUKINAFASO

Anglais


Situation géographique 
Pays sahélien situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso est situé entre 9° 20' et 15° de latitude Nord et entre 5° 30' de longitude Ouest et 2° 30' de longitude Est. Il couvre une superficie de 274.000 km2. Le pays s’inscrit dans la boucle du Niger, mais reste étroitement relié au Golfe de Guinée par l’intermédiaire du grand fleuve Volta dont le bassin supérieur occupe la moitié de son espace géographique. Il partage ses frontières avec six (6) pays de la sous-région : (i) le Mali au Nord et au Nord-Ouest, (ii) la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo au Sud, (iii) le Bénin au Sud-Est, et (iv) le Niger à l’Est et au Nord-Est. Le Burkina Faso un pays enclavé servant de zone de passage entre les pays situés plus à l’Est et la cote. 

Climat 
Sur le plan climatique, la situation en latitude et la continentalité agissent sur les éléments du climat et font du Burkina Faso un pays intertropical à caractère soudano-sahélien marqué par deux saisons (saison sèche et saison des pluies (hivernage). Trois (3) zones climatiques caractérisent la situation au Burkina Faso : (i) la zone sahélienne au-dessus du parallèle 14°N couvre environ 25% du territoire avec des précipitations moyennes annuelles comprises entre 300 et 600 mm (la saison des pluies y dure parfois moins de 2 mois par an) ; (ii) la zone soudano sahélienne située entre les parallèles 11°30' et 14°N couvre environ 50 % du territoire avec des précipitations comprises entre 600 et 900 mm (3 à 4 mois de pluie par an) ; et (iii) la zone soudanienne située au sud du parallèle 11°30'N dans le Sud-Ouest couvre environ 25 % du territoire avec des précipitations comprises entre 900 et 1200 mm (4 à 6 mois de pluies par an). 

Vivant principalement de l’agriculture, le Burkina Faso est fortement vulnérable aux facteurs climatiques enchaînant périodes de sécheresse et périodes de pluviométrie abondante, qui entraînent la désertification dans les parties Nord du pays et des inondations dans le Sud. 

Situation économique
Le Burkina Faso a une économie très faible, avec un PIB de 330 $US par habitant, essentiellement basée sur l’agriculture (productions végétales et animales). La population estimée à 13 902 972 ha est en pleine croissance (2,4% par an) et 46,4 % vivent en dessous du seuil de pauvreté, évalué à 82 672 FCFA en 2004 soit environ 165 $ US. Cela justifie son classement parmi les pays les moins avancés. Face à cette réalité, le Burkina Faso a adopté depuis 2000 une stratégie de lutte contre la pauvreté qui vise à assurer une croissance économique durable, équitable et de qualité. Le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) reconnaît depuis 2003 l’existence d’un lien entre la pauvreté et l’environnement en ces termes : « La croissance démographique et la pauvreté exercent une forte pression sur les ressources naturelles qui constituent souvent l’actif principal entre les mains des pauvres ». Aussi, la stratégie de réduction de la pauvreté cherche à établir un équilibre entre les besoins des populations et la gestion durable des ressources naturelles. 

La Stratégie de Développement Rural du Burkina Faso 
Elaborée en cohérence avec le CSLP, la Stratégie de Développement Rural (SDR) à l’horizon 2015, qui a été adoptée par le Gouvernement en 2003, a fait sienne cette stratégie de réduction de la pauvreté. En effet, elle a pour objectif global d’assurer une croissance soutenue du secteur rural en vue de contribuer à la lutte contre la pauvreté, au renforcement de la sécurité alimentaire et à la promotion d’un développement durable. 

En tant qu’outil de négociation et un cadre de référence quant aux concertations avec les partenaires, pour la coordination et l’harmonisation des interventions menées dans le secteur forestier, les objectifs et les options communes et spécifiques de la Politique Forestière Nationale (PFN) adoptée par le Gouvernement en 1995 ont été pris en compte dans l’élaboration de la SDR à l’horizon 2015. Par conséquent, le Programme National de Gestion des Ressources Forestières au Burkina Faso est un outil de mise en œuvre de la Politique forestière nationale à travers la SDR qui doit constituer le cadre de référence de l’ensemble des interventions publiques en faveur du développement rural. 

La Politique Forestière Nationale du Burkina Faso 
Adoptée par le Gouvernement en 1995, la Politique Forestière Nationale (PFN) constitue, sur le plan sectoriel, un outil de négociation et un cadre de référence quant aux concertations avec les partenaires au développement, pour la coordination et l’harmonisation des interventions menées dans le secteur forestier. La PFN dont l’un des objectifs est de rationaliser la gestion des ressources forestières, s’est fixé des options communes aux sous - secteurs forêts, faune et pêches et des options spécifiques à cet effet. Les options communes aux trois sous - secteur sont : (i) la valorisation des ressources par des méthodes rationnelles d’aménagement et d’exploitation; (ii) la génération d’emplois et de revenus stables en milieu rural; (iii) la conservation de la diversité biologique; (iv) l’amélioration du cadre de vie; et (v) l’amélioration continue de la connaissance et de l’information sur les ressources naturelles, en particulier sur l’utilisation des techniques modernes les plus appropriées. 

Pour le sous - secteur forêts, les options spécifiques retenues sont : (i) la réduction de façon significative du déséquilibre entre l’offre et la demande en bois – énergie (bois de chauffe et charbon de bois), en bois de service, en bois d’œuvre et en produits de cueillette à usage alimentaire et médicinal ; (ii) la réhabilitation des forêts dégradées, aussi bien dans le domaine classé que dans le domaine protégé; (iii) l’organisation et l’exploitation de l’espace rural, notamment par une délimitation d’un espace forestier inter villageois et sa mise en valeur. 

Les ressources forestières 
On distingue trois (3) principaux types d'écosystèmes forestiers qui se répartissent comme suit : (i) les écosystèmes terrestres qui représentent 91, 22% du territoire ; (ii) les écosystèmes aquatiques : 0,26% ; (iii) les écosystèmes intermédiaires : 1,34%. Le reste du territoire est couvert par d’autres types de milieux, notamment les dunes, les habitations, les rochers, les routes, etc. Parmi les écosystèmes terrestres, les forêts occupent une place importante. Le tapis herbacé présente des caractéristiques liées aux zones phytogéographiques dans lesquelles il se trouve. Selon la FAO (2007), en 2005 la superficie totale des forêts du Burkina Faso est évaluée à 6 794 000 ha, (soit 29% du territoire national) composées de steppes, de savanes et de forêts. Les aires classées du pays sont situées surtout dans les régions des Hauts Bassins, des Cascades, de la Boucle du Mouhoun, du Centre Ouest, du Sahel et de l’Est. 

Les ressources fauniques 
A l’état actuel des connaissances scientifiques, la faune Burkinabé compte 128 espèces de mammifères, 477 espèces d’oiseaux et 60 espèces de reptiles et amphibiens (CONAGESE, 1999). Parmi celles-ci, certaines espèces emblématiques comme l’éléphant (Loxodonta africana), le lion (Panthera leo), le buffle (Syncerus caffer savanensis) ou l’hippotrague (Hippotragus equinus) sont bien représentées. 

Les ressources fauniques sont inégalement réparties sur le territoire national. Cette inégalité spatiale est due aux caractéristiques écologiques du milieu. La grande faune est concentrée dans les zones forestières de l’Est, du Sud et de l’Ouest et l’avifaune migratrice ou sédentaire plutôt dans le Nord du pays. 

Les principales contraintes en ce qui concerne les ressources forestières et fauniques sont :

  • la faible productivité des formations forestières ;
  • la forte pression anthropique sur les ressources forestières ;
  • la méconnaissance des ressources forestières disponibles et le faible niveau de capitalisation des expériences acquises ;
  • la faible promotion des actions et des produits forestiers porteurs ;
  • la fragmentation et la réduction de l’habitat de la faune ;
  • la persistance de l’exploitation illégale de la faune ;
  • l’absence d’un système approprié de suivi écologique et de recherche appliquée. Cadre légal, juridique, politique et stratégique de la gestion des forêts et de la faune

Aux plans légal et juridique, la gestion des forêts au Burkina Faso repose d’une part sur un certain nombre de lois qui sont principalement le code forestier, la loi portant réorganisation agraire et foncière, la loi d’orientation de la gestion de l’eau, la loi d’orientation relative au pastoralisme, le code de l’environnement, le code général des collectivités territoriales, etc., et d’autre part sur des principes de gestion émanant des options de la Politique Forestière Nationale, de la décentralisation, de la Lettre de Politique de Développement Rural Décentralisé (LPDRD) et du Plan d’Action de mise en œuvre des Réformes Institutionnelles et Juridiques pour la Décentralisation dans le Secteur Forestier (PRIJD / SF). Aux plans politique et stratégique, la gestion durable des ressources forestières et fauniques au Burkina Faso est sous-tendue par des principes qui émanent des options de :

  • le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) ;
  • la Politique Forestière Nationale (PFN) ;
  • la Politique Nationale en matière d’Environnement (PNE) ;
  • la Politique Nationale de Sécurisation Foncière en Milieu Rural ;
  • la décentralisation ;
  • la Stratégie de Développement Rural (SDR) ;
  • la Lettre de Politique de Développement Rural Décentralisé (LPDRD).

Pour l’opérationnalisation des différentes politiques en matière de gestion durable des ressources forestières et fauniques, un certain nombre de programmes et de stratégies nationaux sont élaborés et mis en œuvre, parmi lesquels on peut retenir :

  • le Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification ;
  • le Programme National de Gestion des Ressources Forestières au Burkina Faso ;
  • le Programme National de Gestion de la Faune et des Aires Protégées ;
  • la stratégie nationale et le plan d’action du Burkina Faso en matière de diversité biologique ;
  • la Stratégie Nationale de Gestion des Feux en Milieu Rural ;
  • le Plan d’Action de la Stratégie Nationale de Gestion des Feux en Milieu Rural ;
  • la Stratégie Nationale de Production de Plants ;
  • le Plan d’action de mise en œuvre des Réformes Institutionnelles et Juridiques pour la Décentralisation dans le Secteur Forestier (PRIJD / SF).
  • le Plan Décennal de Développement de la Filière Gomme Arabique;
  • la Stratégie et Programme de gestion durable des éléphants au Burkina Faso ;
  • le Plan d’action pour la production et la commercialisation du charbon de bois au Burkina Faso.

PRESENTATION SUCCINCTE DU POA AU BURKINA FASO 
La stratégie d’intervention du POA au Burkina Faso a été principalement axée sur le développement de l’approche participative dans la conception, la mise en œuvre et le suivi de toutes les actions sur le terrain. Les principaux bénéficiaires directs ont été les paysans producteurs et collecteurs des gommes et résines parmi lesquels figurent en majorité des femmes et des enfants. Les actions effectuées dans le cadre du POA ont concerné :

  • cinq (5) Régions administratives que sont : l’Est, le Centre – Nord, le Nord, le Plateau – Central et le Sahel ;
  • dix (10) provinces ;
  • et vingt sept (27) départements.

Les cartes ci-après indiquent d’une part, les régions et provinces (carte 1) et d’autre part, les provinces et départements (carte 2) d’intervention du POA au Burkina Faso. Carte Principaux partenaires du POA Le Projet Opération Acacia a travaillé en collaboration avec les structures suivantes :

  • le Projet Front de Terre pour l’aménagement des sites à l’aide de la charrue Delfino ;
  • le Projet de Réhabilitation des Pépinières Régionales pour la production des plants d’Acacia senegal ;
  • le Projet de lutte contre la désertification financement Italien (CILSS) ;
  • le Programme National de Gestion des Terroirs (Banque Mondiale) ;
  • le Projet de lutte contre l’ensablement dans le bassin du fleuve Niger (BAD) ;
  • le Projet Gestion Durable des Produits Forestiers Non Ligneux / Analyse et Développement des Marchés ;
  • le Centre National de Semences Forestières (CNSF) en vue notamment, de développer la filière gomme arabique à travers la production de matériels forestiers de reproduction de qualité et la formation des producteurs ;
  • le Projet de Sécurité Alimentaire par la Récupération des Terres Dégradées dans le nord du Burkina Faso financé par la BOAD ;
  • le Programme d’Action dans les Zones en Marge du Désert (DMP/GEF) du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) ;
  • la Société d’exportation de gomme arabique « GOMBURKI »;
  • l’Association Professionnelle des Exportateurs de Gomme Arabique (APEGA) ;
  • les Groupements de Producteurs impliqués dans la gestion de gommiers.

 Principaux résultats du POA 
Les principaux résultats obtenus par le POA se présentent comme suit : Objectif 1 : Renforcer les capacités opérationnelles des acteurs de la filière des gomme et résines

  • Mise en place en juin 2004 d’un Comité National de Coordination pour le Développement de la Filière des Gommes et Résines au Burkina Faso;
  • Plus de 2 989 producteurs sensibilisés et informés sur la philosophie et la démarche du projet avec une prise en compte de l’aspect genre ;
  • Renforcement des capacités de 53 techniciens et 625 producteurs sur la production, la récolte et le conditionnement de la gomme arabique ;
  • Réalisation d’un film vidéo sur les sites du POA au Burkina Faso ;
  • Mise en place de 31 comités de gestion des sites et dynamisation de 19 groupements de producteurs de gomme ;
  • Elaboration en 2007 du Manuel pratique de production durable de la gomme arabique au Burkina Faso.

Objectif 2 : Appuyer le développement de la filière des gommes et résines au Burkina Faso

  • 31 sites de terres dégradées couvrant 1 647 ha ont été aménagés à l’aide de la charrue Delfino dans 27 départements de 10 provinces ;
  • 734 080 plants d’Acacia senegal ont été produits dans les cinq (5) régions couvertes par le projet dont 70 000 en 2004, 356 600 en 2005 et 307 480 en 2006.

Objectif 3 : Elaborer un plan décennal pour le développement de la filière des gommes et résines au Burkina Faso

  • Un plan décennal de développement de la filière gomme arabique au Burkina Faso a été élaboré.

Leçons tirées Le projet en raison des objectifs poursuivis a suscité beaucoup d’espoir pour les autorités politiques, les techniciens, les populations à la base, le secteur privé et les différents partenaires. Le Burkina Faso dispose d’une grande expérience et des compétences en matière de récupération de terre dégradées et d’implication des populations à la base. Cependant, la stratégie du POA et l’insuffisance des ressources financières n’ont pas permis de prendre en compte un certain nombre de préoccupations pour la mise en œuvre efficiente des actions de terrain. Il s’agit notamment :

  • du manque d’une équipe nationale de Coordination autonome ;
  • de l’inexistence d’un réseau d’encadreurs propre au projet en lieu et place des agents des services déconcentrés de l’état ;
  • du manque sur le marché local de pièces de rechange pour le tracteur et d’un personnel spécialisé pour son entretien ;
  • de l’inadaptation des objectifs à la durée et aux moyens financiers pour la phase pilote ;
  • de l’insuffisance et de l’irrégularité des ressources financières qui n’ont pas permis répondre aux préoccupations des différents acteurs impliqués dans la filière des gommes et résines ;
  • du manque de mesures d’accompagnement (micro-réalisations) pour inciter les populations à la base à s’impliquer d’avantage dans les activités du projet.

ZOUBGA T. Serge Direction des Forêts Chef de Cellule « gommes et résines » Point Focal National du Mécanisme pour les Programmes Forestiers Nationaux 04 BP 6429 Ouaga 04 Burkina Faso (00 226) 76 49 50 78 (mobile) (00 226) 50 32 46 45 tsr.zoubga@yahoo.fr

Mr. Serges Zoubga
Point Focal de NGARA
Directeur de la Foresterie Rurale
BP 6429 Ouagadougou, 
Burkina Faso
Tel: 226 316119 / 211761
E-mail:  tsr.zoubga@yahoo.fr
or
ibrahim.lankoande@fasonet.bf   



 

 Droits réservés NGARA © 2007.